Les Toitures



 Toits simples à plusieurs versants:
Pente du toit :
La pente du toit traditionnel dépend des conditions climatiques. Dans les régions peu pluvieuses, et ensoleillées,
le toit laisse place à une toiture-terrasse mais qui n’est pas pour autant accessible. Et si sa pente atteint 10 %,
il s’agit alors d’un toit rampant. Dans les régions venteuses pluvieuses ou neigeuses le toit est traditionnellement plus pentu. La pente est fonction de la couverture mise en place. Cependant en construction récente, le toit peut être aussi une toiture-terrasse à pente faible (3 %) ou nulle (1 %), indépendamment de la région.
Avant-toit :
L’ avant-toit, la partie qui déborde et fait saillie hors du mur, est de taille importante lorsqu’il faut protéger des intempéries l’espace sous-jacent, mais aussi lorsque l’ombre est recherchée.
Rive de toit:
La rive de toit est l’extrémité du toit côté pignon; elle suit en général la ligne de plus grande pente et est alors qualifiée de rive droite. Une rive qui n’est pas droite est appelée rive biaise; si elle n’est pas en saillie, elle présente une avancée plus importante en haut qu’en bas, selon la région et l’architecture ; si au contraire elle est en saillie, elle peut être soit sortant (cas le plus fréquent), soit rentrante.
Une rive peut être ajourée et sculptée et comporter des motifs ornementaux
Noue:
Une noue est un endroit où se rejoignent deux pans de toiture qui forment un creux (et non une saillie) à leur jonction. L’angle rentrant formé par ces deux pans de toit peut être soit brutal (ligne brisée), soit adouci par un arrondi dont le rayon peut être plus ou moins grand.
Arête:
Une arête est un endroit où se rejoignent deux pans de toiture qui forment une saillie (et non un creux) à leur jonction. Au niveau de la charpente, l’arête est marquée par un arêtier.
Croupe:
La croupe est la partie du toit qui, coté du pignon, est triangulaire en un pan ou en deux pans inclinés dont un est un triangle et l’autre un trapèze. Dans les régions occidentales ces pans sont en général moins larges que ceux qui couvrent les autres murs. En général, la pente de la partie triangulaire est moyenne et la partie trapézoïdale très forte. Si le pan triangulaire est seul et ne va pas aussi bas que les versants principaux, il s’agit d’une demi-croupe.
Dans d’autres régions, la partie pignon peut être la plus large des façades, et la pente de la partie triangulaire va de moyenne à forte alors que la partie trapézoïdale a une pente plus faible et constitue une avancée.
Queue de vache ou retroussis:
La queu de vache est la partie du toit qui, en bas du versant, forme un petit pan avec une pente plus faible et déborde en un petit avant-toit. L’origine de cette forme était, en créant une rupture dans la pente, de projeter l’eau de pluie au-devant de la façade, en l’absence de chéneau. La pente plus faible est constituée en charpente avec des coyaux au pied des chevrons.
Tuile à emboîtement:
En 1841, Xavier Gilardoni invente une tuile à emboitement (improprement appelée « tuile mécanique »)
et à canaux d’écoulement intérieur, inspirée du principe
de la tuile flamande historique et économisant poids et surface
en évitant la fixation individuelle de chaque tuile sur la charpente comme c’est le cas pour les tuiles plates. Facile d’emploi,
stable au vent, elle peut s’adapter à toutes les pentes de toits. Souvent décriées pour leur aspect banal,
ces tuiles industrielles ont été par la suite déclinées
dans différents profils et coloris visant à leur conférer un meilleur aspect esthétique

 

     
Toiture ardoise:
L’ardoise est une pierre naturelle dont les principaux avantages sont sa durabilité, son charme, son élégance et le fait qu’elle est un matériaux incombustible. En contrepartie, l’ardoise est lourde, coûteuse, plus fragile que la tuile et peut se briser sous le poids d’un homme. Si elle est exposée à des températures élevée, elle peut éclater. Les couvreurs recommandent une toiture ayant une inclinaison minimum de 45 degrés afin d’évacuer rapidement les eaux de pluie et d’éviter ainsi une trop haute humidité qui est défavorable à l’ardoise.Une bonne ardoise a la propriété de ne pas être altérée par les éléments atmosphériques, donc elle conservera sa couleur d’origine. Une ardoise de très bonne qualité peut avoir une longévité de vie variant de 75 à 150 ans.
Les ardoises peuvent être posées en utilisant des crochets ou des clous. Pour une toiture qui requiert de nombreux travaux de coupe, on optera pour la pose au clou qui fixe la tuile par sa partie supérieure. La pose au clou est plus longue que la pose au crochet et le couvreur ardoisier devra être expérimenté car les clous peuvent provoquer le bris des ardoises. La pose au crochet fixe les ardoises plus solidement que la pose au clou. Les ardoises n’ayant pas besoin d’être percées réduit le temps de pose et requière une main d’œuvre moins spécialisée.
Entretien ardoise:
Refaire un toit en ardoise est une opération longue et
coûteuse. Pour cette raison, un entretien régulier est de mise. Une toiture d’ardoise âgée de vingt ans devrait être inspectée aux deux ans. Une toiture de quarante ans et plus devrait être inspectée annuellement. Il faut alors remplacer les ardoises brisées ou arrachées, et les crochets ou pointes qui auraient oxydé. Malgré le fait que l’ardoise est totalement imperméable, la mousse peut se fixer en surface surtout pour les toitures peu exposées au soleil. On en profitera pour faire le nettoyage des tuiles pour enlever le lichen qui pourrait altérer la qualité de l’ardoise. Une bande de cuivre posée sur le faîte du toit, pourra prévenir la formation de mousse par l’effet de ses sels métalliques. Toutefois les crochets devront alors être également en cuivre pour ne pas subir l’oxydation créée par cette bande de cuivre. Donc cette technique n’est pas une panacée.
Toiture en zinc:
S’il n’est pas soumis aux agressions d’agents chimiques, ce qui parait fort peu possible actuellement en ville, le zinc ne nécessitera pratiquement aucun entretien particulier. Cependant, les polluants atmosphériques le rendent sensible et il se corrode. Il convient alors de le remplacer par feuilles, de changer les feuilles de zinc puis de les ressouder à l’identique. Passés 30 ans, il faudra plus particulièrement surveiller la couverture en zinc en ville, surtout si la ville est notablement polluée. Seuls des professionnels sont habilités à faire ces opérations de restauration complexe. Poser une couverture en zinc, la rénover ou la restaurer n’est pas d’une grande simplicité.